USRA le météore de BlackMagicDesign !

20140408-163926.jpg

Le NAB 2014 réserve bien des surprises et BlackMagicDesign continue à faire des siennes (comme depuis 2 ans) en sortant une caméra 4K inclassable.
L’USRA sort complètement des sentiers battus et propose des solutions réellement innovantes dans la planète du broadcast. Cette caméra est évolutive et adaptive selon les besoins et le nombre de techniciens l’utilisant !Elle peut en effet changer complètement ses pièces maîtresse (comme le capteur !) selon les voeux de tout un chacun.

Les points forts sont les suivants : Montures multiples EF, PL, B4, connectiques SDI, écran 10 pouces ! Deux écrans de contrôles incluant vectorscope et histogramme, deux slots pour cartes CFast nouvelle génération, etc…

Toutes les spécificités à lire ici sur la page constructeur :
http://www.blackmagicdesign.com/fr/products/blackmagicursa

Et comme Blackmagic n’en reste jamais là, son tarif va également faire mal à la concurrence puisqu’elle démarre à 4’600 € en monture EF !!!
J’en connais une bien RED (et ses sœurs japonaises) qui ne vas pas être contente du tout…

NAB 2020 Introduit le vectorpixel !

vectorLe titre est un peu racoleur et fait suite à de vielles news de 2012…
Mais peut-être ?
Rappel des faits :
La vidéo (tout comme la photo) est un amalgame de pixels sur le mode bitmap. La résolution et donc le poids (en partie la qualité) sont dépendants du nombre de pixels formant l’image.
A contrario, l’image vectorielle se base sur des données mathématiques qui définissent des courbes, des points dans l’espace et des couleurs.
D’après mes souvenirs, le vectoriel aurait été inventé par Bezier (d’où les fameuses courbes de Bezier) afin de dessiner des carrosseries en données mathématiques.
Cela permettait de ne plus devoir réaliser les maquettes de voitures à la main, au marteau et à la lime et ouvrait du coup la possibilité de créer par ordinateur les nouvelles formes automobiles (et leur reproduction exacte).
Quel Rapport avec la vidéo ?
Eh bien une équipe travaille depuis un petit moment sous la houlette du professeur Phil Willis (pas Bruce hein !) à l’université de Bath en UK. http://www.cs.bath.ac.uk/vsv/
Et cette équipe est capable de transformer une image (faite de pixels donc) en données mathématiques ! L’avantage ? Le poids numérique très inférieur d’une part et l’agrandissement infini sans perte de qualité… Quoique l’on puisse perdre le côté chaleureux d’un papier buvard d’une belle image filmique !
Ça sera donc à voir… En attente du NAB 2014 qui se profile avec pleins de pixels pesant 4K !

Mettez un Dragon dans votre boitier

DxO a comparé les capteurs du Nikon D800 (la référence au niveau dynamique) et le nouveau capteur « Dragon de la RED EPIC.

Les résultats sont surprennants ! En effet, la RED surpasse à tous les niveaux le capteur du D800, y compris et surtout sur la dynamique qui atteint 14,8 Evs contre 14,4 Evs. Elle se paye même le luxe de faire mieux que les moyens formats (Phase One) au niveau de la sensibilité aux couleurs…

Il serait intéressant de connaitre la combine utilisée par RED pour atteindre ces performances. Ce qui deviendrait amusant (voire utile) pour un photographe, serait de shooter en 6K à 100 i/s en RAW !!! OK, ce n’est pas le même prix et la même taille de capteur (crop de 0,56x)

ImageImage

Panasonic en embuscade

Le renouveau de Panasonic semble vraiment bien parti en cette année 2014 après l’annonce de son GH4.

Ils ont présenté il y a quelques jours sous verre un prototype de leur nouvelle VariCam à destination des professionnels de l’image haut de gamme. Cette nouvelle caméra attaquera frontalement la SONY F55 et l’Alexa d’ARRI (qu’on ne présente plus tant elle est bien implantée dans les fictions haut de gamme)

La VariCam 35 (qui aura aussi une petite soeur : VariCam SH à capteur 2/3 HD tri-mos) utilisera à fond les possibilités de son format haut de gamme, l’AVC-Intra et le RAW

A savoir donc, le 4K à taux variable jusqu’à 120fps sur un capteur  super 35mm 4096×2160 avec plus de 14 stops de latitude et le tout servi par une monture PL !

Deux slots pour cartes expressP2 pour le 4K (On y échappe donc pas…Mais évolution bienvenue et baisse de prix ?)

Et…deux slots pour microP2 jusqu’au 2K.

Le reste que du classique (XLR, Viewfinder OLED, etc)

On se réjouit d’avance de voir les prix et ce que nous réserve bien sûr la concurrence au NAB !

Image

Lumix GH4, un K pour conjurer le 4 !

Image

Annoncé cette nuit, ce saint-gral de la vidéo low-cost nippon porte bien le chiffre 4 qui fait pourtant défaut là-bas dans toutes les dénominations d’appareils, car sensé porter malheur sur l’archipel.

Il suffit de voir les autres gammes qui passent directement du 3 au 5 comme le Lumix DMC-G3 qui passe directement au 5…

Ses spécificités ont en tout cas de quoi nous rassurer, nous les vidéastes et définir le postulat que le 4 associé à la lettre K ne porteront pas la poisse à ce nouveau venu qui devrait être promis à un bel avenir !

Le capteur micro4/3 reste un CMOS de 16Mp épaulé par un nouveau processeur Venus Engine à 4 coeurs qui est censé améliorer le rolling shutter, la sensibilité (portée à 25 600 ISO) et le bruit du capteur.

Je vous laisse apprécier les autres spécifications fort alléchantes :

Captation aux résolutions vidéo qui s’étendent de la HD jusqu’au vrai 4K à 4096 x 2160 en passant par l’UHD à 3840 x 2160.

De l’ AVCHD et MOV jusqu’à 200 Mb/s qui reprends le principe de l’AVC-Intra cher à Panasonic (qui code donc en images pleines à plus haut débits tout en restant basé sur la norme MPEG4)

Des cadences d’images variables (Variable Frame Rate) sont promises de 2 à 96 images/secondes (HD) pour des ralentis et accélérés sans post-prod. Les autres cadences sont usuelles et s’étendent de 23,98 i/s à 30 i/s en passant par le 60i/s également en HD.

Du zébra et peaking sont également de la partie pour l’aide à la mise au point et l’ouverture.

Le nouveau viseur OLED couvre 100% du champ avec un grossissement  0,67x pour une définition de 2,5 Mp. Quand à l’écran articulé de 3 pouces (OLED) il offre une définition de 1’037’000 pixels.

L’entrée micro et la sortie casque restent de mise comme sur le GH3 et arrive également le WI-FI et NFC pour la liaison et le contrôle sans fil à distance et un mini HDMI avec sortie clean 4:2:2 en 10 bits qui ravira les techniciens en post-prod !

Des nouveaux modes gammas (enfin !) sont proposés pour toutes les circonstances et donc adaptés pour les reportages et la fiction ainsi qu’un nouvel autofocus amélioré avec 49 collimateurs avec rafale à 12 images secondes !

L’obturateur qui monte maintenant à 1/8000e ou 1/250 avec flash est prévu pour 200’000 prises de vues dorénavant, tout comme les reflex pros.

L’enregistrement se fait sur des cartes SD ou sur les nouvelles SD UHS-II qui sortent bientôt et qui supporteront les débits portés à 200M/bits sur le GH4 !

En option nous retrouvons également le grip DMW-YAGH avec les connectiques XLR et HD-SDI et surtout le contrôle du niveau sonore avec alimentation phantom et entrée 12 volts et time-code intégré pour une orientation résolument pro.

la SONY FDR-AX100 (dont je vous avais parlé ici ) et le CANON EOS-1D ont un peu du souci à se faire ces prochains mois à moins d’une baisse de prix (Impossible chez CANON) ou des mises-à-jour des ces gammes.

Je vous rappelle qu’on peut toujours gonfler en full-frame le capteur des micro 4/3 grâce à l’adaptateur speed-booster de Metabones afin de gagner en profondeur de champ et en ouverture !

La sortie est prévue courant mars à un prix équivalent ou un peu supérieur au GH3

Merci également en passant à Panasonic de ne pas imposer ces stupides cartes P2…

Image